PARTAGEZ…

Vendredi, Le 1er janvier 1999

Année dédiée au Père Éternel.

– Mimi : « J’étais si heureuse de commencer cette année, avec toi mon Dieu, mon Bien-Aimé Père. J’ai tellement besoin de toi. Je suis de plus en plus pauvre, malgré tout ce que tu me donnes. »

Je sens mon cœur si froid, ma petite âme affaiblie, mon esprit si distrait. La maladie s’aggrave de plus en plus, et les forces diminuent de jour en jour. Humainement je me sens comme une loque humaine.

Mais je n’ai pas le droit de penser cela. Je suis d’abord l’enfant de Dieu, je suis la pauvre petite servante au service de Dieu et du prochain. Je souffre de l’état d’âme où je suis dans le moment. Je m’ennuie de toi mon Bien-Aimé, dans la solitude de ma chambre, je devrais dire de ma cellule. »

Dans ce grand silence, je prie souvent Marie pour vivre ce silence avec elle.

Oui Marie, silencieuse dans toute sa vie. À Noël, silence et adoration devant Jésus. À la mort de saint Joseph, le silence dans l’épreuve. Pendant la vie publique de Jésus, le silence du détachement. Durant le chemin de la croix, elle vivait, avec Jésus, ce long silence de la souffrance de l’agonie et de la mort.

losange02
samedi, Le 2 janvier 1999

La Vierge Marie est un exemple pour moi. 

Après avoir médité longuement sur le silence de Marie, j’aime maintenant le silence, dans la solitude de ma chambre, je devrais dire, dans mon petit sanctuaire au Père Éternel.

Avec le détachement de tout, même des membres de ma famille, des amies, Dieu me conduit plus rapidement vers la croix. Parfois je marche à petits pas, et je le suis de loin. Pourtant au plus profond de mon âme, je ressens le besoin d’être toujours avec lui, ce Dieu d’amour.

Oui, mon Bien-Aimé, donne-moi, s’il vous plaît la force et le courage de faire la Sainte Volonté de Dieu en tout et partout.

losange02
Dimanche, Le 3 janvier 1999

Enfin seule avec mon Bien-Aimé, je suis si heureuse!

Le très Saint Sacrement est exposé à la chapelle. Par la télévision dans ma chambre, je puis regarder et suivre les cérémonies à la chapelle. Cela me permet de prier, de faire l’adoration devant Jésus Hostie.

Pour cela je demande à ma douce Maman du ciel, de me prêter son cœur si pur pour adorer, recevoir et garder Jésus en moi continuellement, jusqu’au jour où il viendra me cueillir, comme la plus petite fleur de son jardin.

Je sais qu’une fleur de 83 ans est parfois fanée! Mais elle vit encore sur la terre, laissant son souvenir, sa pensée, rien de plus, mais j’ai tout donné à mon Bien-Aimé. Il me faut me détacher davantage des choses de la terre, du monde, et de moi-même, pour laisser toute la place à Dieu.

losange02
Lundi Le 4 janvier 1999

Il  faut que mon esprit reste libre pour adorer mon Dieu, présent dans ma petite âme devenue le temple de Dieu. Que mon cœur soit rempli d’un amour pur, de reconnaissance pour tout ce qu’il fait en moi, par pure charité, par amour, par sa miséricorde. Que mon corps reste sur la croix où Jésus s’immole nuit et jour, pour le salut du monde.

Oui que l’amour dans la souffrance, par une plus grande intimité, soit l’unique raison de vivre pour atteindre mon idéal. 

Mon désir le plus grand est de vivre et mourir d’amour. Le détachement de chaque jour me prépare, mais le détachement de la volonté, n’est pas toujours facile. Il faut beaucoup de discernement, est-ce bien Dieu qui le désire, ou est-ce le malin qui se fait ange de lumière pour me tromper ?


Tous droits réservés 2018 — Georgettefaniel.com